Au centre-ville de Port-au-Prince, au bas de Delmas la tension monte d’un cran ce dimanche 17 octobre, jour de la commémoration du 215 ème anniversaire de l’assassinat Jean-Jacques Dessalines. Depuis 4 heures du matin, des tirs d’armes automatiques sont entendus un peu partout au centre-Ville et au bas Delmas .

Selon des informations parvenues à la rédaction, de nouvelles escalades de violence dans les quartiers de Bas-Delmas et La Saline génèrent une panique généralisée. Cette tension est dûe à une question d’argent envoyé par le gouvernement de facto pour faciliter la présence du Premier ministre, Ariel Henry, au Pont Rouge, zone contrôlée par des gangs armés du G9.

Les membres de gangs ont envahi des zones à Port-au-Prince comme Wharf Jérémie, Portail Saint-Joseph, entre autres. À Croix-des-bossales des tirs fusent de toute part et paralysent les activités, selon HIP.

Selon le directeur executif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, un montant important a été acheminé à la coalition «G-9» pour la 215ème commémoration de l’assassinat de l’Empereur à Pont-Rouge. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Liszt Quitel, s’est chargé de planifier en accord avec la coalition de «G-9», dirigée par Jimmy «Barbecue» Chérizier, la cérémonie, au Pont-Rouge. Toutefois, la cérémonie commémorative n’a pas eu lieu à cet endroit historique.