« J’assure tous nos concitoyens que les gouvernants travailleront durement à faire respecter les règles islamiques et la charia dans le pays », a-t-il affirmé. »J’assure tous nos concitoyens que les gouvernants travailleront durement à faire respecter les règles islamiques et la charia dans le pays », a-t-il affirmé.

« J’assure tous nos concitoyens que les gouvernants travailleront durement à faire respecter les règles islamiques et la charia dans le pays », a-t-il affirmé.

Le chef suprême des talibans Hibatullah Akhundzada, dont les interventions publiques sont très rares, a demandé mardi au nouveau gouvernement afghan de faire respecter la charia, dans son premier message depuis la prise de pouvoir des islamistes il y a plus de trois semaines.

« J’assure tous nos concitoyens que les gouvernants travailleront durement à faire respecter les règles islamiques et la charia dans le pays », a affirmé Hibatullah Akhundzada dans un communiqué en anglais.

Le chef des talibans, qui n’est pas apparu en public depuis très longtemps, ajoute que le nouveau gouvernement fera en sorte d’installer « une paix, une prospérité et un développement durables », dans le pays.

Il enjoint à ses compatriotes de ne pas quitter le pays, assurant que le régime taliban « n’a de problème avec personne », alors que plus de 120.000 Afghans se sont exilés ces dernières semaines par crainte des talibans.

Dans son long message, il dit également souhaiter « des relations fortes et saines avec les voisins de l’Afghanistan et tous les autres pays », et assure que son régime prendra « des mesures fortes et efficaces pour la protection des droits de l’Homme ». Les talibans sont très attendus sur cette question, après un premier règne marqué par des brutalités répétées contre les femmes.

Il souligne l’importance de l’éducation, « l’un des premières besoins du pays », assurant que son gouvernement fera en sorte de la développer. Il assure enfin que « tous les diplomates étrangers, ambassades, consulats, organisations, humanitaires et investisseurs n’auront aucun problème » dans le pays.

Nommé à la tête des talibans en mai 2016, Hibatullah Akhundzada était jusque là inconnu du grand public, plus impliqué dans les questions judiciaires et religieuses que dans les manoeuvres militaires. Il ne diffuse que de rares messages annuels lors des fêtes islamiques. Après avoir longtemps gardé le silence sur l’endroit où il se trouvait, son mouvement a indiqué fin août qu’il vivait « depuis le début » à Kandahar (ville du Sud du pays) et qu’il apparaîtrait « bientôt en public ».