Dans un premier temps, les États-Unis avaient fait état de deux explosions. L’attentat, revendiqué par l’État islamique, a fait au moins 85 morts et des centaines de blessés.Dans un premier temps, les États-Unis avaient fait état de deux explosions. L’attentat, revendiqué par l’État islamique, a fait au moins 85 morts et des centaines de blessés.

Dans un premier temps, les États-Unis avaient fait état de deux explosions. L’attentat, revendiqué par l’État islamique, a fait au moins 85 morts et des centaines de blessés.

À l’occasion d’une conférence de presse ce vendredi, le Pentagone a annoncé qu’un seul attentat-suicide avait endeuillé Kaboul la veille près de l’aéroport, et non deux comme initialement indiqué par les autorités américaines.

« Je peux vous confirmer que nous ne pensons pas qu’il y ait eu une seconde explosion à l’hôtel Baron ou à proximité, il s’agissait d’un seul auteur dans l’attentat-suicide. Nous ne savons pas comment cette information a été fournie de manière incorrecte, mais nous savons qu’il n’est pas surprenant que, dans la confusion d’événements très mouvementés comme celui-ci, les informations soient parfois mal rapportées ou confuses. »

L’attentat, revendiqué par l’État islamique, a fait au moins 85 morts, dont treize soldats américains, et plusieurs centaines de blessés.

« Il y a beaucoup de femmes et d’enfants parmi les victimes. La plupart des gens sont choqués, traumatisés », a déclaré vendredi à l’Agence France-Presse (AFP) un responsable de l’ancien gouvernement renversé à la mi-août par les talibans.

Alors que le président américain Joe Biden a promis des représailles, le Pentagone a précisé que la mission d’évacuation de milliers de personnes depuis l’aéroport de Kaboul faisait toujours face à des « menaces précises et crédibles ».

D’après les autorités américaines, environ 5400 personnes se trouvent toujours à l’aéroport de Kaboul, en attente d’être évacuées.