Quelque heures après le départ des dernières troupes américaines d’Afghanistan, le secrétaire d’État Antony Blinken a affirmé que les nouveaux maîtres du pays devraient « mériter » leur légitimité.Quelque heures après le départ des dernières troupes américaines d’Afghanistan, le secrétaire d’État Antony Blinken a affirmé que les nouveaux maîtres du pays devraient « mériter » leur légitimité.

Quelque heures après le départ des dernières troupes américaines d’Afghanistan, le secrétaire d’État Antony Blinken a affirmé que les nouveaux maîtres du pays devraient « mériter » leur légitimité.

Les États-Unis « travailleront » avec les talibans s’ils « tiennent leurs engagements », a affirmé lundi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, quelques heures après le départ des derniers soldats américains d’Afghanistan.

« Chaque étape que nous suivrons ne sera pas fondée sur ce que le gouvernement taliban dit, mais sur ce qu’il fait pour respecter ses engagements », a déclaré Antony Blinken, soulignant que les nouveaux maîtres de l’Afghanistan devraient « mériter » leur demande de légitimité et de soutien de la communauté internationale. « Les talibans veulent la légitimité et le soutien internationaux. Notre message est que la légitimité et le soutien doivent se mériter », a-t-il lancé.

Dans l’immédiat, les États-Unis ont suspendu leur présence diplomatique en Afghanistan et transféré les opérations de l’ambassade à Doha, au Qatar, a aussi annoncé le secrétaire d’État, évoquant « l’environnement sécuritaire incertain et la situation politique » dans le pays.

Cette « nouvelle mission diplomatique » sera menée par « une nouvelle équipe » dirigée par Ian McCary, qui était le numéro deux de l’ambassade américaine à Kaboul. « Nous allons utiliser ce poste à Doha pour mener notre diplomatie à l’égard de l’Afghanistan », notamment en matière d’assistance aux Américains restés sur place, d’aide humanitaire, et de dialogue avec les talibans, a-t-il expliqué.

Mais Washington continuera à « aider » les ressortissants américains qui veulent quitter le pays après le départ des troupes, a-t-il souligné, alors qu’entre 100 et 200 sont encore selon lui en Afghanistan. Quelque 6000 autres ont été évacués depuis la mise en place du pont aérien le 14 août.