Pour les ONG, devoir laisser l’Afghanistan aux mains des talibans est un crève-cœur. Arianne Geigert-Hiriart est une humanitaire qui avait quitté le pays en juin, sans imaginer le chaos actuel. Elle se retrouve dans l’incapacité de retourner en Afghanistan, et doit faire face à distance au désarroi des Afghans bloqués et souhaitant quitter le pays.Pour les ONG, devoir laisser l’Afghanistan aux mains des talibans est un crève-cœur. Arianne Geigert-Hiriart est une humanitaire qui avait quitté le pays en juin, sans imaginer le chaos actuel. Elle se retrouve dans l’incapacité de retourner en Afghanistan, et doit faire face à distance au désarroi des Afghans bloqués et souhaitant quitter le pays.

Pour les ONG, devoir laisser l’Afghanistan aux mains des talibans est un crève-cœur. Arianne Geigert-Hiriart est une humanitaire qui avait quitté le pays en juin, sans imaginer le chaos actuel. Elle se retrouve dans l’incapacité de retourner en Afghanistan, et doit faire face à distance au désarroi des Afghans bloqués et souhaitant quitter le pays.