Mort jeudi, l’ex-président d’Afrique du sud, Frederik de Klerk, a présenté de tardives mais « sans réserve » excuses pour l’Apartheid dans un mea culpa posthume. La fondation qu’il créée a ainsi mis en ligne une vidéo enregistrant « le dernier message » de l’homme politique.

Mort jeudi, l’ex-président d’Afrique du sud, Frederik de Klerk, a présenté de tardives mais « sans réserve » excuses pour l’Apartheid dans un mea culpa posthume. La fondation qu’il créée a ainsi mis en ligne une vidéo enregistrant « le dernier message » de l’homme politique.[#item_full_content]