L’ancien président estime que la France ne « peut plus moralement et politiquement » acheter du gaz à Moscou. Si la fin des livraisons serait un « sacrifice », elle pourrait accélérer le développement des énergies renouvelables tout en poussant l’Europe à « plafonner les prix du gros du gaz ».

L’ancien président estime que la France ne « peut plus moralement et politiquement » acheter du gaz à Moscou. Si la fin des livraisons serait un « sacrifice », elle pourrait accélérer le développement des énergies renouvelables tout en poussant l’Europe à « plafonner les prix du gros du gaz ».[#item_full_content]