Les fortes chaleurs de cet été ont entraîné des sécheresses dans le pays, notamment dans la péninsule du Mangistau. Des centaines de bêtes ont été retrouvées mortes.Les fortes chaleurs de cet été ont entraîné des sécheresses dans le pays, notamment dans la péninsule du Mangistau. Des centaines de bêtes ont été retrouvées mortes.

Les fortes chaleurs de cet été ont entraîné des sécheresses dans le pays, notamment dans la péninsule du Mangistau. Des centaines de bêtes ont été retrouvées mortes.

Des images de chevaux couchés par terre, morts, ou très amaigris, marchant dans des territoires désertiques, circulent au Kazakhstan, où les fortes chaleurs de cet été ont entraîné des sécheresses, notamment dans la péninsule du Mangistau (ouest du pays). 1000 chevaux, moutons et vaches manquant d’eau, mais aussi de nourriture, sont morts dans cette région, selon Reuters.

« Nous avons eu deux ou trois ans de sécheresse, l’herbe ne poussait pas bien, mais ce n’était pas au point de cette année », explique à l’agence Gabidolla Kalynbayuly, 70 ans, élevant des chevaux dans le Mangistau.

Il explique que sur son troupeau, 20 de ses chevaux et un chameau sont morts ces dernières semaines. Les autres sont très fragiles et manquent d’eau et de nourriture.

Eurasianet relaye également le récit d’un activiste, qui a publié des images de chevaux très amaigris et en difficulté dès la fin mai dans la partie ouest de cette région. « Il n’y a pas le temps de penser, seulement d’agir », écrivait alors Berdimurat Torekenov sur Facebook, appelant le gouvernement à déclarer l’état d’urgence et la population à venir en aide aux fermiers souffrant de la sécheresse.

Difficile de mesurer le nombre de bêtes mortes en raison de la chaleur, mais selon lmasbek Sadyrbaev, président de l’Association nationale des éleveurs d’animaux, le gouvernement sous-estime les chiffres. Début juillet, il a ainsi donné 500 bêtes mortes dans la région de Kyzylorda, alors qu’lmasbek Sadyrbaev a lui même compté 500 morts dans un seul village de ce territoire.

Le ministre de l’Agriculture a été remercié début juillet en raison de sa mauvaise gestion de cette crise agricole, comme le rappelle Astana Times.

Le gouvernement a par la suite promis aux fermiers un plan de 4,5 millions de dollars (près de 4 millions d’euros), pour les aider à acheter de la nourriture pour les animaux – dont le prix a très fortement augmenté ces dernières semaines – et à la transporter jusque sur leurs terres. Le nouveau ministre a également annoncé le lancement de la construction d’aménagements pour retenir l’eau et adapter les systèmes d’agriculture et d’élevage.

Le cheval est un animal incontournable de la culture dans ce pays à la longue tradition nomade. Sa viande est utilisée dans certains plats, ainsi que son lait.