« Pas si bêtes », c’est comme un recueil d’histoires. De belles histoires qui racontent le vivant dans toute sa fraîcheur. Mais aussi dans toute sa complexité. Une parenthèse pour s’émerveiller des trésors du monde. Pour ce deuxième épisode, prenons la direction de l’Australie et partons à la rencontre d’un animal presque familier : le diamant mandarin.

Expressif, joyeux, vif et sociable. S’accommodant aussi bien de plaines broussailleuses de son Australie natale, que de marais, de parcs ou de jardins. Et même de zones où la main des Hommes a chamboulé l’œuvre de la nature : nos villes. Vous l’aurez compris, le diamant mandarin est un petit oiseau plutôt facile à vivre.

À l’état sauvage – parce qu’on le trouve aussi beaucoup issu d’élevages -, il ne dépasse guère les dix centimètres et ne pèse pas plus de quinze grammes. Un poids plume au comportement attendrissant. Mâles et femelles forment en effet des couples… inséparables. Poétique…

Le diamant mandarin reconnaît la voix de ses congénères

Mais si nous nous intéressons aujourd’hui au diamant mandarin, c’est pour une raison un peu plus terre à terre. Parce qu’il paraît que ce drôle d’oiseau jouit d’une étonnante capacité de cartographie linguistique. Wow ! Pas de panique, ce n’est pas si difficile à comprendre. Cela signifie tout simplement que le diamant mandarin sait reconnaître ses congénères par les sons qu’ils émettent. Et surtout, qu’il est capable de distinguer jusqu’à leur signature vocale. Comme nous sommes capables de reconnaître la voix d’un proche, même lorsqu’il prononce des mots inhabituels.

Des chercheurs de l’université de Berkeley viennent d’en faire l’éclatante démonstration sur des spécimens captifs. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, leurs diamants mandarins ont mémorisé « la voix » d’une cinquantaine de leurs congénères. Un mois plus tard, ils s’en souvenaient toujours.

Pourtant, les chercheurs pensaient que ce type de cartographie linguistique était l’apanage des espèces douées de langage. Une intelligence qui nous était donc réservée. Ils doutaient même que nos meilleurs amis, les chiens, en soient capables. Mais voilà qui pourrait bien nous faire dégringoler définitivement du piédestal sur lequel nous nous étions confortablement installés.

Voir aussiDes couples d’oiseaux discutent pour se répartir les tâches ménagères

Ces capacités étonnantes développées par le diamant mandarin participent à son mode de vie grégaire. L’oiseau, en effet, à l’habitude de se déplacer en colonies de 50 à 100 individus. Dans des élans de liberté, il a parfois envie de prendre un peu de distance. Et c’est sa mémoire auditive toute particulière qui lui permet alors de reconnaître les appels de ces compagnons et de retrouver son groupe. Pas si bête, le diamant mandarin !

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici