Face aux tueries par armes à feu, on observe une certaine résignation des citoyens américains, explique, dans une tribune au « Monde », le politiste, qui dresse un parallèle avec la Rome antique, une société « fondée sur la violence » et dont les citoyens n’avaient d’autre choix que celui de l’accepter.Face aux tueries par armes à feu, on observe une certaine résignation des citoyens américains, explique, dans une tribune au « Monde », le politiste, qui dresse un parallèle avec la Rome antique, une société « fondée sur la violence » et dont les citoyens n’avaient d’autre choix que celui de l’accepter.