La vague de sanctions continue d’emporter des politiciens haïtiens. Pour des raisons liées au trafic de drogue, trafic d’armes et de munitions, de blanchiment ou pour connivence avec les bandits armés, nombreux sont les politiques et hommes d’affaires sanctionnés par le Canada et les États-Unis. Dans un communiqué rendu public par le gouvernement canadien, il est annoncé que les ex-ministres haïtiens Berto Dorcé et Listz Quitel sont sanctionnés. Ils ne sont plus habilités à fouler le sol canadien et leurs biens seront gelés au Canada, a précisé le communiqué.

C’est une fin d’année cauchemardesque pour des politiciens et hommes d’affaires haïtiens. Le Canada et les États-Unis ont annoncé pendant ces deux derniers mois que ces personnalités sont frappées de plein fouet par des sanctions. Anciens et actuels sénateurs, ancien président d’Haïti, anciens ministres, des hommes influents du secteur privé et d’autres dignitaires grossissent progressivement cette liste.

Berto Dorcé, ancien ministre de la justice et Listz Quitel ancien ministre de l’intérieur sont désormais interdits d’entrer au Canada, ce, en vertu de la loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.

« Le Canada a des raisons de croire que ces personnes utilisent leur statut de membres en vue de l’élite économique en Haïti pour protéger et permettre les activités illégales de gangs criminels armés, notamment par le blanchiment d’argent et d’autres actes de corruption », a-t-on lu dans le communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères.

En cet effet, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, sollicite la collaboration des autres membres de la communauté internationale d’appliquer des mesures similaires pour exercer une pression sur les oligarques corrompus et sur les associations criminelles en Haïti qui terrorisent la population civile.

Richarson Bigot

Richardsonwiltesbigot@gmail.com