Suite à une réunion tenue la semaine dernière à la direction départementale de l’éducation, à Miragoâne, entre les inspecteurs et le titulaire de ladite direction, il a été convenu de procéder à la réouverture des classes. Ce lundi 7 novembre 2022, plusieurs écoles publiques et privées dans la commune de L’Asile ont affiché portes ouvertes. Certaines ont réussi jusqu’à 75%, selon les dires des directeurs. D’autres écoles doivent encore patienter pour voir leurs salles remplies. Les responsables d’écoles dans la commune de L’Asile, contre vents et marées, se sont entendus pour faire revenir les élèves en salle de classe.

Joint au téléphone par RTVC, le Révérend père Luckson Siméon, Directeur du collège presbytéral Saint Joseph de L’Asile, a indiqué que plus de 500 élèves étaient présents lors de cette rentrée. Tous les professeurs ont accepté de faire des concessions pour permettre à ces élèves de sauver cette année académique. Chaque élève reçoit comme à l’accoutumée un plat chaud pendant la récréation. Par rapport à la crise du carburant qui prévaut dans le pays depuis plus de 3 mois, des parents ont emmené leur enfant à cheval, s’est réjouit le curé.

Maitre Fulbert François Lamartine Chéry, responsable du collège Univers et également professeur des Maths au lycée saint Joseph de L’Asile, a fait savoir que tout ne s’est pas passé comme prévu pour ce collège qu’il co-dirige. Le professeur croit que les élèves ne doivent pas être victimes de cette crise multiforme. M. Chéry espère que la semaine prochaine toutes les salles de son collège seront remplies, car les professeurs ont accepté faire des compromis au profit des élèves et des parents incapables de payer la scolarité.

En ce qui a trait à l’institution mixte pour l’avenir (IMA), les parents ont emmené leurs enfants, selon M. Lemann Premier, professeur et membre fondateur de l’école.
L’ex-Député de l’Asile dit compter sur la collaboration des parents, des professeurs et des élèves pour sauver cette année académique. Le professeur espère qu’un compromis sera trouvé entre les acteurs politiques afin de trouver un dénouement à la crise.

Le lycée saint Joseph fonctionne en demi-teinte, car des lprofesseurs résidant à Port-au-Prince ne peuvent pas s’y rendre, a indiqué une source de la direction. L’EFACAP de cette ville doit patienter pour la semaine prochaine, car la réunion prévue entre la direction et les parents n’a pas eu lieu, selon un inspecteur qui veut rester dans l’anonymat. Nu School, une école privée de la cité de l’hospitalité, a déjà donné le ton depuis une semaine avant. Les élèves étaient venus recevoir le pain de l’instruction sans uniforme en attendant que tout rentre dans l’orde.

Richarson Bigot

Richardsonwiltesbigot@gmail.com