L’ambassadeur Daniel Foote, envoyé spécial de l’administration Biden, ne chôme pas. Depuis sa nomination, il multiplie les rencontres avec plusieurs hautes personnalités politiques et des importants leaders de la société civile. Cette semaine encore, il a rencontré plusieurs acteurs de la scène sociale et politique haïtienne. La mission qui lui est confiée par le locataire de la maison blanche est de travailler avec les acteurs haïtiens à trouver une sortie de crise par le dialogue pour favoriser la paix et la stabilité en Haïti.

Parmi les leaders rencontrées par le diplomate cette semaine figure l’ancien député de Pétion-ville Jerry Tardieu. C’est ce que relate le mouvement EN AVANT dans une note de presse qui précise que l’échange avec Foote a été franc et enrichissant dans une atmosphère emprunte de convivialité et de courtoisie. L’échange a tourné essentiellement autour de la crise Haïtienne, de la question constitutionnelle et des perspectives d’avenir.

Lors de cette rencontre, Jerry Tardieu a réitéré la position du mouvement EN AVANT qui est favorable à la matérialisation d’un accord politique historique, seul capable de paver la voie à des élections libres dès que techniquement possible et une fois l’environnement sécuritaire rétablie. Le coordonnateur de EN AVANT a insisté sur le fait que cet accord devrait être le résultat d’un dialogue inter-haïtien souverain incluant les forces politiques et la société civile (secteur académique, secteur privé, secteur paysan, secteurs religieux, droits de l’homme, diaspora…).

Parmi les points abordés, il a été question de la gouvernance bicéphale, l’insécurité persistante, la mise en place d’un nouveau Conseil Electoral, l’évaluation indépendante du système Dermalog et du travail de l’ONI, la révision de la loi électorale.

De son côté, l’envoyé spécial a estimé qu’un accord politique largement consensuel permettrait d’envisager une éclaircie dans le ciel brumeux de la politique haïtienne. Il se dit confiant que les acteurs politqiues haïtiens trouveront, entre eux, la bonne formule pour sortir le pays de l’impasse