L’ancien président français, qui a négocié les accords de Minsk avec Moscou en 2014, estime que « l’est de l’Ukraine est désormais possession russe » et regrette qu’Emmanuel Macron ait souhaité « amadouer » Vladimir Poutine au début de son quinquennat.

L’ancien président français, qui a négocié les accords de Minsk avec Moscou en 2014, estime que « l’est de l’Ukraine est désormais possession russe » et regrette qu’Emmanuel Macron ait souhaité « amadouer » Vladimir Poutine au début de son quinquennat.[#item_full_content]