Depuis la disparition de Jean-Paul Belmondo, les hommages affluent du monde entier. Au festival du film américain de Deauville comme ailleurs, personne n’a oublié celui qu’on appelait affectueusement « Bébel ».