Debora Waldman pointe sa baguette sur les compositrices oubliées par l’Histoire

0
121

Elle est l’une des rares femmes cheffe d’orchestre en France, et la première à être nommée à la tête d’un orchestre national : celui d’Avignon-Provence. Debora Waldman cosigne avec Pauline Sommelet « La symphonie oubliée » (éd. Robert Laffont). Elle s’est donnée la mission de faire connaître les œuvres des compositrices tombées aux oubliettes de l’Histoire, comme la Française Charlotte Sohy, dont la symphonie dite de la Grande guerre, composée en 1917, n’a jamais été jouée de son vivant. Debora Waldman la dirigera, le 1er juillet à l’auditorium de Radio France.