Des chercheurs ont mis au point des vêtements « vivants » qui grandissent tout seuls

0
75

Et si l’avenir de l’industrie textile se trouvait dans les algues ? Des chercheurs ont mis au point un matériau « vivant », ayant la capacité de se régénérer et de grandir en se nourrissant. Ses multiples capacités laissent aussi envisager des applications médicales et… spatiales.

Une imprimante 3D. Un peu de cellulose bactérienne. Quelques algues. Et voici qu’un matériau vivant se crée tout seul. Enfin… presque. Les recettes pour des matériaux dits vivants, puisque fabriqués en encapsulant des cellules biologiques vivantes dans une matrice, ont fleuri ces dernières années. Récemment, des chercheurs ont rapporté une technique de bio-impression débouchant sur une matière aux propriétés remarquables.

Ces scientifiques ont enfermé des microalgues dans un produit excrété par des bactéries, vulgairement nommé « cellulose bactérienne ». Les microalgues confèrent des capacités photosynthétiques à l’étoffe obtenue. Ce qui lui permet, notamment, de se régénérer. Les auteurs de l’étude précisent qu’elle peut « survivre de manière stable pendant au moins trois jours sans nutriments », sa durée de vie pouvant être prolongée si elle est transférée vers une nouvelle source de nutriments durant cette période.

Pour la première fois, ce matériau photosynthétique semble assez performant pour être déployé dans « des applications du monde réel », avance Anne Meyer, biologiste américaine et coautrice du papier. Résistant. Tenace. Flexible. Robuste. Il a tout pour plaire. Déformé d’une façon ou d’une autre, il conserve son intégrité physique. Les chercheurs lui attribuent trois applications principales : la création de feuilles artificielles, de vêtements biologiques, et de peaux photosynthétiques.

Les feuilles artificielles imitent la photosynthèse des feuilles végétales, c’est-à-dire qu’elles convertissent l’eau et le CO2 en oxygène et en énergie, grâce à la lumière du soleil. Cette innovation fait partie des solutions envisagées pour produire de l’énergie et de l’oxygène dans des endroits peu propices à la végétation… comme Mars. En parallèle, les « peaux synthétiques » serviraient pour les greffes de peau. Anne Meyer explique que « l’oxygène généré aiderait à relancer la cicatrisation de la zone endommagée, ou pourrait être capable de réaliser une cicatrisation« activée par la lumière » des plaies ».

Ce matériau pourrait révolutionner le secteur du textile. De la mode. Les vêtements créés seraient biodégradables et évolutifs. Un pantalon troué se régénererait, mais un pantalon trop petit pourrait aussi grandir. Si ce n’est qu’hypothétique à l’heure actuelle, cela enlèverait une sacrée épine dans le pied de cette industrie — l’une des plus polluantes de la Planète. Ces matériaux « peuvent se maintenir sur des périodes de plusieurs semaines et être multipliés sur place, de sorte qu’ils ont le potentiel d’être vraiment durables et partagés partout dans le monde, aussi facilement que le levain », se prend à rêver Anne Meyer.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici