Dr. Réginald Boulos Vs Dr. Claude Joseph : MTVAyiti dit « NON » à la diversion !

1
1213

Dans une note de presse en date du 4 mai 2021, le Mouvement pour la Transformation et la Valorisation d’Haïti (MTVAyiti) dit avoir pris connaissance avec stupéfaction de la note rendue publique par le Ministère de la Culture et de la Communication, en ce qui a trait à l’intervention du Dr. Réginald Boulos sur les ondes de la Voix de l’Amérique (VOA) durant laquelle ce dernier a accolé, sans arrière-pensée aucune, le diminutif « Ti » au nom du Premier ministre a.i, Claude Joseph.

Diminutif que le peuple haïtien aime utiliser en parlant de certains « Chefs », comme : Titid, Tirene, Jojo, soulignent les signataires de la note, Dr. Emile Charles et Schultz S. Cazir, respectivement Vice-président et Secretaire general du MTVAyiti, comme un « rappel culturel » au MCC. 

Soulignant que « Ti Claude » est le surnom accordé par tout le monde ou presque à l’actuel Chef du Gouvernement, MTVAyiti révèle que son Président, par courtoisie, s’est expliqué avec le Dr. Claude Joseph lors d’un entretien privé.

« Pour nous, il s’agit d’un malentendu sur lequel il ne faut pas s’attarder », conseillent les signataires du document, arguant qu’il s’agit d’un énième prétexte pour brouiller les pistes et détourner l’attention des vrais problèmes.

Dr. Emile Charles et Schultz S. Cazir tapent du poing sur la table : « quand nous travaillons à rendre possible l’Union et le vivre-ensemble, eux veulent perpétuer les propos  discriminatoires, faire diversion ou procéder à l’exclusion ».

MTVAyiti s’estime victime de sa « position politique éclairée » consistant en la demande d’une médiation afin de sortir le pays de la crise.

« Aujourd’hui, plutôt que de faire la promotion d’un discours empreint de préjugé et de division comme le fait sans scrupules le gouvernement de facto depuis quelque temps, on ferait mieux d’aborder les sujets d’importance », prêche MTVAyiti.

Dans la foulée, le Mouvement dont Réginald Boulos est le meneur se dit disponible et disposé à discuter avec toutes les forces politiques conséquentes afin de trouver une juste solution pour sortir le pays de la crise multidimensionnelle dans laquelle il s’enlise, ce, en respectant l’article 134-2 de la Constitution consacrant la fin du mandat du président Jovenel Moïse le 7 février 2021. 

« Toute discussion doit aboutir au départ immédiat de Jovenel Moïse », conclut la note rectificative du Mouvement pour la Transformation et la Valorisation d’Haïti.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici