Les eaux non traitées viennent d’une station d’épuration voisine et sont lâchées au milieu d’une réserve naturelle protégée.Les eaux non traitées viennent d’une station d’épuration voisine et sont lâchées au milieu d’une réserve naturelle protégée.

Les eaux non traitées viennent d’une station d’épuration voisine et sont lâchées au milieu d’une réserve naturelle protégée.

Mauvaise pub à quelques jours de l’ouverture, le 1er novembre, de la COP26 à Glasgow. Une vidéo postée ce dimanche sur les réseaux sociaux montre le déversage d’eaux usées directement dans la Manche, à Langstone, un port situé près de Portsmouth, dans le Sud de l’Angleterre.

Le scandale a été capturé grâce au drone du photographe britannique Chris Pearsal. Sur les 49 heures d’images, un tuyau déverse sans discontinuer des eaux usées non traitées. C’est plus de deux jours, nuit et jour, de pollution dans cette réserve aquatique naturelle.

« Dès que j’ai regardé l’écran, j’ai su que j’allais capturer quelque chose de très spécial. J’étais horrifié. On ne peut vraiment pas voir ce qui se passe depuis le sol, il faut être en l’air et c’est le drone qui a fait le travail », a déclaré Chris Pearsal au quotidien The Independent.

Les eaux déversées viennent tout droit de la station d’épuration de Budds Farm. Chaque jour, l’entreprise traite plus de 100 millions de litres d’eaux usées. Récemment, de fortes pluies ont entraîné une surcharge des égouts et la station d’épuration, débordée, s’est vu contrainte de lâcher une partie de ces eaux en mer.

Selon la réglementation en vigueur, les entreprises de traitement des eaux sont autorisées à déverser les eaux usées dans les rivières ou les mers après des précipitations extrêmes et des orages. L’objectif est notamment de protéger les habitations environnantes des inondations. Toutefois, les défenseurs de l’environnement estiment cette règle trop laxiste. En 2020, selon l’Environment Agency, 400.000 déversements de ce type ont eu lieu.

Les critiques fusent également à l’encontre des députés conservateurs qui, quelques jours avant la diffusion de la vidéo, ont rejeté un amendement au projet de loi sur l’environnement. Celui-ci obligerait les compagnies en charge des eaux à cesser de déverser des eaux usées brutes dans les eaux naturelles du Royaume-Uni.