L’engagement massif des Etats-Unis en soutien à Kiev et le retour en force de l’OTAN pour protéger le continent contre la menace russe font passer au second plan les débats sur « l’autonomie stratégique » européenne, regrette l’analyste allemande Daniela Schwarzer dans un entretien au « Monde ». Et ce, au moment où ces enjeux, tout comme les questions énergétiques, sont au cœur des tensions entre Paris et Berlin.L’engagement massif des Etats-Unis en soutien à Kiev et le retour en force de l’OTAN pour protéger le continent contre la menace russe font passer au second plan les débats sur « l’autonomie stratégique » européenne, regrette l’analyste allemande Daniela Schwarzer dans un entretien au « Monde ». Et ce, au moment où ces enjeux, tout comme les questions énergétiques, sont au cœur des tensions entre Paris et Berlin.