À l’initiative des productions Vama Events et Empire Events, la star franco-congolaise, Dadju était invitée au pays pour un concert le mardi 12 juillet 2022. Aux côtés d’autres stars haïtiennes comme Roody Roody Boy, Charlin, entre autres ainsi que des Disc-jockeys très connus du milieu, l’interprète de la chanson « va dire à ton ex » devait produire sur scène à El Rancho. Une soirée qui a été gâchée suite à des lancements à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes par des individus non identifiés . Les membres organisateurs ont dû mettre fin prématurément à ce spectacle.

Après son dernier concert en Haïti en février 2019, l’artiste international Dadju devrait gratifier le public haïtien d’un autre beau spectacle ce 12 juillet. C’est ce qu’il a annoncé devant les caméras de la Télévision Caraïbes au salon diplomatique de l’aéroport lors de son arrivée en Haïti, la veille du concert.

Malgré la situation sécuritaire qui prévaut dans la capitale haïtienne, c’était quand même une réussite en terme d’affluence. C’était une vraie marrée humaine à El Rancho ce jour-là.

Tout était à point pour un superbe show. Le décor, la lumière, les artistes, les DJs et un très beau public, tout était prêt jusqu’à ce que des individus mal intentionnés et non identifiés ont dispersé à plusieurs reprises la foule à coup de gaz lacrymogène.

Dans l’intervalle, après la prestation de l’artiste Charlin Bateau, Roody Roody Boy, entouré de ses danseuses et danseurs avec des chorégraphies intéressantes, a délivré une très bonne performance en enchaînant avec ces hits, les uns plus captivants que les autres.

Contacté à ce sujet, Jean Junior Moschino Rémy, l’un des instigateurs de ce grand événement avoue avoir planifié avec le staff de Dadju depuis 3 ans. Et si ce programme n’avait pas eu lieu eu ce 12 juillet, ce staff aurait perdu plus de 40.000 dollars US. À la genèse de cette initiative, Haïti n’avait pas encore connu cette situation sécuritaire qui délétère. Dans l’ensemble, plus de 140 mille dollars US ont été dépensés pour la réalisation de ce concert qui a été au final perturbé par des fauteurs de troubles.

Selon les dires du promoteur et actuel manager du groupe EKIP, il s’agit des cannettes de gaz lacrymogène de la police nationale d’Haïti. Toutefois, M. Moschino regrette que Dadju n’ait pas eu le temps de gravir le podium pour gratifier ce public pour un si beau spectacle promis à la veille.

Toutefois, c’est un très mauvais déclic pour les autres activités de la saison estivale. Même si les gens courent dans tous les sens lors de ce moment turbulence, certains promoteurs croient dur comme fer qu’ils répondront présents lors des prochaines soirées culturelles pour le reste de l’été.

Le public haïtien doit attendre une autre occasion pour voir l’artiste Dadju s’offrir en spectacle sur une scène en Haïti.

Richarson Bigot

Richardsonwiltesbigot@gmail.com