Le refoulement massif des haïtiens par les autorités américaines scandalise des personnes et regroupements en Haïti comme à l’étranger. La décision de l’administration Biden de déporter les haïtiens se trouvant sur la frontière mexico-américaine est illégale, selon Frandley Julien, avocat et spécialiste des questions migratoires aux Etats-Unis. Un groupe d’avocats dont fait partie Me Julien attaqueront en justice, l’administration américaine.

D’autres voix continent de s’élever pour dénoncer le traitement infligé aux réfugiés haïtiens. Certains vont jusqu’à en déduire un comportement raciste des agents de la garde frontalière.

Réagissant à ces accusations, le Département de la Sécurité Intérieure ( Department of Homeland Security)(DHS), a indiqué mardi, qu’il ne tolèrait pas les abus contre les migrants sous notre garde et prenait ces allégations très au sérieux.

Le Bureau de la Responsabilité Professionnelle des Douanes et des Patrouilles Frontalières enquête sur l’affaire et a alerté le bureau de l’inspecteur général du DHS, peut-on lire dans la note.

« Les images sont extrêmement troublantes et les conclusions de l’enquête complète, qui sera menée rapidement, définiront les mesures disciplinaires appropriées à prendre », poursuit-il.

Nous nous engageons à traiter les migrants en employant des moyens sécuritaires, ordonnés et humains. Nous pouvons et devons le faire de manière à garantir la sécurité et la dignité des migrants, conclut le communiqué.

A noter que plus de 500 migrants haïtiens ont déjà été refoulés dans leur pays d’origine par les autorités américaines, dans des conditions qui violent leurs droits.