L’insécurité qui fait rage en Haïti paralyse et tue des institutions. Après la faculté des Sciences (FS) qui a fermé ses portes la semaine dernière à cause du « phénomène des balles perdues », l’École nationale des arts (ENARTS) emboîte le pas. Cette entité affiliée au ministère de la culture annonce la fermeture provisoire de ses portes, dans une note de presse parue le 29 juillet 2022.

Malheureusement, l’État haïtien se montre de plus en plus incapable de remédier à ce problème d’insécurité depuis plusieurs années. Quand ce n’est pas le kidnapping, c’est la guerre des gangs armés qui contraint la population civile à se mettre à couvert.

Les tirs sporadiques qui retentissent au centre-ville de la capitale haïtienne forcent certaines institutions à fermer leurs portes.

« Suite à la détérioration du climat sécuritaire dans la capitale et particulièrement au bas de la ville, le conseil de Direction de l’ENARTS se trouve dans l’obligation de suspendre provisoirement les cours qui se tenaient dans les locaux de l’institution », lit-on dans cette note. Toutefois, l’institution annonce que les cours en ligne se poursuivront comme à l’accoutumée.

En dernier ressort, le conseil de Direction invite son personnel à la prudence et la date officielle de la réouverture de l’ENARTS sera communiquée dans un bref délai.

Richarson Bigot
richardsonwiltesbigot@gmail.com