A la rue Étienne E. Gerin, se trouvent les ruines de la résidence privée du Président Sudre Dartiguenave, en face de la prison civile de l’Anse-à-veau. Alors que la ville s’apprête à fêter sa sainte patronne ce 26 juillet prochain, la Sainte Anne selon le calendrier canonique, ce patrimoine depuis quelques temps se trouve dans un état de délabrement. Des jeunes universitaires de cette ville espèrent une intervention de l’Etat haïtien, via l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine national (ISPAN) pour la rénovation de ce patrimoine pour pouvoir attirer des touristes.

Le devoir de mémoire se fait rare de jour en jour chez les Haïtiens. Les forts et les résidences des nos anciens dirigeants servent de décharges pour les déchets ou de pâturages. La résidence de Sudre Dartiguenave qui se trouve à Anse-à-veau n’est pas exempte. Les ruines de cette maison se trouve à la rue Étienne E. Gerin. Originaire des Baradères, ce dernier fut membre de l’armée indigène et l’un des signataires de l’acte de l’indépendance et fut inhumé dans cette ville.

Anse-à-veau a raté la célébration en grande pompe de ses 300 ans de fondation en 2021 en raison de la pandémie de Covid-19 et l’insécurité généralisée. Les habitants espèrent rehausser l’éclat de la fête cette année.

Des jeunes de cette ville pensent que la maison de l’ancien avocat, juge, député, sénateur et président de la république Phillipe Sudre Dartiguenave nécessite une sérieuse rénovation non seulement pour attirer plus de touristes mais également pour être mis à la disposition des chercheurs, étudiants et des élèves de la région.

Selon le notaire Albert Larionne, l’État haïtien doit envisager la rénovation de ce site touristique au profit de la ville. Cet octogénaire a tenu à rappeler à notre rédaction que cette ancienne maison servait dans les années 70 de local pour abriter le lycée Solon Menos.

Djeff Calonges, originaire de cette ville, exhorte le ministère de la culture à avoir une attention particulière sur Anse-à-veau qui demeure la ville la plus historique du département des Nippes. L’ancien secrétaire du bureau électoral communal d’Anse-a-veau déplore l’inertie des autorités étatiques de n’avoir rien fait pour promouvoir le côté historique de cette ville qui a donné deux présidents de la république dont Guillaume Fabre Nicolas Geffrard, ancien militaire et homme politique entre 1859-1867 ainsi que Phillipe Sudre Dartiguenave entre 1915-1922.

Pour l’heure, des jeunes ansavelais optent pour la rénovation de la résidence de Dartiguenave ainsi que la maison de sa sœur Amélia Sudre, qui fut l’une des premières meilleures infirmières et pharmaciennes du terroir qui se trouve sous les pieds de la cathédrale sainte-Anne de l’Anse-à-veau.

A souligner que cette ville est l’un des plus anciens arrondissements du pays. Selon les chiffres disponibles sur Wikipedia en 2009, 31 477 citoyens vivent sur 103.23 km(2) de superficie.

Richarson Bigot
Richardsonwiltesbigot@gmail.com