À l’aube de l’indépendance nationale, la classe politique haïtienne s’entredéchirait déjà. Qu’il s’agissait de la bataille pour l’accaparement du pouvoir après l’assistanat de l’Empeur Jacques 1er ou d’autres luttes sur d’autres fonds, le tissu politique haïtien était déjà déchiré. Deux siècles plus tard, l’élite politique haïtienne peine à faire mieux pour changer les conditions de vie de la masse. Déus Deronnette, Homme politique de centre-gauche, ex-Député de Marigot de la 50e législature, propose le « chemin de l’inverse », une nouvelle façon de voir la vie.

L’échec collectif de nos politiciens sur la scène politique haïtienne depuis près de deux (2) siècles est plus qu’une évidence. Toutefois, cela n’empêche pas qu’un élément de l’ensemble puisse faire de nouvelles propositions qui diffèrent de ce que l’on a ou de ce que l’on croit.
En effet, M. Deronneth, Homme Politique haïtien pense que son idéal « chemin inverse » est une méthode pouvant aider à changer la donne.
Cet idéal permet de questionner ce qu’on a fait et fait de différent de ce que l’on questionne, a argumenté l’ex-parlementaire.

Dans une interview accordée à notre rédaction, Déus Deronneth critique la politique obsolète que cette classe politique pratique depuis la nuit des temps. Pour l’économiste de formation, elle est traditionnelle et inadaptée par rapport aux exigences de la gouvernance traditionnelle et moderne.
Il opte également pour l’émergence d’une nouvelle classe politique avec l’engagement des jeunes qui soient à même de lutter pour le bien-être collectif.
Comprendre le rôle et la mission de l’administration publique, placer Haïti à son niveau de première République noire indépendante du monde, construire la fierté et lancer Haïti comme opportunité, tels doivent être le socle de ce idéal que prône le Marigotain.

En guise de stratégie envisagée pour faire atterrir cet idéal, il importe, selon l’instigateur, de mettre l’humain au centre des préoccupations publiques et l’université au service de la gouvernance et du développement. Créer un ancrage entre la science et le territoire non seulement pour former la classe de la relève en gouvernance, mais également montrer en quoi la corruption est un élément de blocage au développement.

L’auteur du livre « Naufrage de la 50e législature en Haïti » souhaite que les haches de guerre des différents acteurs politiques soient enterrées et que les Haïtiens conséquents s’unissent comme un seul homme autour de l’idéal « Chemin inverse » pour préserver la souveraineté et faire la mise en commun des valeurs pouvant nous aider à aller de l’avant.

Richarson Bigot
Richardsonwiltwsbigot@gmail.com