Ces nouveaux logements s’ajoutent à ceux annoncés en août par les autorités, soit plus de 2000 au total, qui doivent obtenir cette semaine un feu vert définitif du ministère de la Défense.Ces nouveaux logements s’ajoutent à ceux annoncés en août par les autorités, soit plus de 2000 au total, qui doivent obtenir cette semaine un feu vert définitif du ministère de la Défense.

Ces nouveaux logements s’ajoutent à ceux annoncés en août par les autorités, soit plus de 2000 au total, qui doivent obtenir cette semaine un feu vert définitif du ministère de la Défense.

Israël va construire 1355 nouveaux logements dans sept colonies juives en Cisjordanie occupée, a annoncé ce dimanche le ministère de la Construction, une décision aussitôt dénoncée par l’Autorité palestinienne.

« Des appels d’offres pour 1355 logements dans des localités de Judée-Samarie (nom donné par Israël à la Cisjordanie, NDLR) ont été publiés sous la direction du ministre de la Construction Zeev Elkin », est-il écrit dans un communiqué.

Ces nouveaux logements s’ajoutent à ceux annoncés en août par les autorités, soit plus de 2000 au total, qui doivent obtenir cette semaine un feu vert définitif du ministère de la Défense.

« Le renforcement de la présence juive (en Cisjordanie) est essentiel dans la vision sioniste », a estimé Zeev Elkin, membre du parti de droite Nouvel Espoir.

Ces nouveaux logements doivent être construits dans sept colonies juives, notamment 729 à Ariel (nord de la Cisjordanie), 346 à Beit-El (près de Ramallah) et 102 à Elkana (nord-ouest de la Cisjordanie), d’après le communiqué.

L’ONG israélienne anti-colonisation « La paix maintenant » a dénoncé cette annonce et affirmé que « ce gouvernement » n’était « pas un gouvernement de changement ». « Il est triste de voir que quand l’extrême-droite se félicite que l’État d’Israël ait quasiment annexé la Palestine, les partisans au sein du gouvernement de la solution à deux États restent muets », écrit l’ONG dans un communiqué.

Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a de son côté déclaré que la communauté internationale « doit faire payer à Israël le prix de ses agressions contre notre peuple, particulièrement après cette vague de construction dans les colonies ».

La Jordanie a, elle, dénoncé « une violation du droit international », selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères. « La politique d’Israël en Cisjordanie occupée est illégale et met en péril la solution à deux États et la chance d’arriver à une paix juste », est-il indiqué.

Environ 475.000 colons résident en Cisjordanie, où vivent également 2,8 millions de Palestiniens.

La colonisation par Israël de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est annexée, illégale au regard du droit international, s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967.

Elle s’est accélérée ces dernières années sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Son successeur Naftali Bennett est depuis mi-juin à la tête d’une coalition hétéroclite allant de la droite radicale à des partis de gauche soutenant le gel de la colonisation. Cette annonce intervient alors que le gouvernement israélien a pris parallèlement des mesures pour améliorer le quotidien des Palestiniens, sans aborder la question du processus de paix.