La ville de Jérémie s’est réveillée, le mardi 20 septembre 2022, dans la panique. Des scènes de pillage ont été orchestrées au sein de plusieurs locaux d’ONGs par une foule en colère. N’était-ce l’intervention de la police nationale, cette foule serait parvenue à attaquer la résidence privée de l’ex sénateur de la Grand’Anse, M. Sorel Jacinthe, nous informe notre correspondant Frankel Maginaire.

Les scènes de pillage se multiplient à travers le pays. Après Delmas, Gonaïves, Saint-Marc, Port-de-Paix et Saint-Louis du Nord, c’est la cité des poètes qui emboîte le pas. Depuis la dernière adresse du premier ministre, les rues ne décolèrent pas. Des barricades sont dressées, la circulation est paralysée et les institutions publiques et privées ne fonctionnent pas.

Ce mardi 20 septembre 2022, des scènes de pillage ont été constatées au bureau de certaines ONG dont ACTED, CARE, et CRS. Les manifestants ont emporté des batteries, des bureaux métalliques, des ordinateurs et des matériels agricoles.

Selon notre collaborateur F. Maginaire, ces manifestants en colère ont tenté vainement de pénétrer la résidence privée de l’ex sénateur de la République M. Saurel Jacinthe.

Faut-il noter que ces protestataires s’opposaient à tous ceux qui voulaient prendre des photos lors de cette scène, y compris des journalistes en plein exercice de leurs fonctions.

Si les mouvements de revendication connaissent un calme apparent dans la capitale haïtienne, certaines villes de province sont encore en ébullition, ne jurant que par le départ du Premier ministre Ariel Henry.

Richarson Bigot

Richardsonwiltesbigot@gmail.com