Près de deux semaines que « les convois de la liberté » paralysent en partie le Canada. Le Premier ministre, Justin Trudeau, n’a pas caché sa colère et son exaspération ce mercredi au Parlement canadien. « Ce siège est inacceptable (…)  Nous devons tout faire pour y mettre un terme », a-t-il affirmé devant les conservateurs, qu’ils accusent de soutenir les blocages.

Près de deux semaines que « les convois de la liberté » paralysent en partie le Canada. Le Premier ministre, Justin Trudeau, n’a pas caché sa colère et son exaspération ce mercredi au Parlement canadien. « Ce siège est inacceptable (…)  Nous devons tout faire pour y mettre un terme », a-t-il affirmé devant les conservateurs, qu’ils accusent de soutenir les blocages.[#item_full_content]