Jusqu’à présent, l’IVG n’était autorisée dans le pays qu’en cas de viol, si la santé de la mère était en danger ou lorsque le fœtus présentait une malformation compromettant sa survie.

Jusqu’à présent, l’IVG n’était autorisée dans le pays qu’en cas de viol, si la santé de la mère était en danger ou lorsque le fœtus présentait une malformation compromettant sa survie.[#item_full_content]