Le professeur Gérard Morou, prix Nobel de physique 2018, recommande l’utilisation de la science comme outil de développement en Haïti. Dans une vidéo adressée à Haïti, le professeur Gérard Morou explique comment le laser, tel que façonné et présenté dans ses travaux de recherche, peut aider au développement d’Haïti.

C’est assez rare de le souligner, un prix Nobel de physique s’adressant aux Haïtiens dans un langage simple et clair ponctué de quelques petits mots de tendresse en créole.

L’objectif est tout aussi clair: expliquer aux Haïtiens comment la science peut aider les pays comme Haïti à lutter contre les grandes menaces du futur comme le cancer et certaines pathologies ophtalmologiques.

« Gérard Albert Morou est un physicien français qui s’est investi dans le domaine des champs électriques et du laser. Il est le co-inventeur d’une technique d’amplification par dérive de fréquence qui fut utilisée pour créer des impulsions ultracourtes de très haute puissance (de l’ordre du térawatt) dans les lasers à impulsions. Il reçoit pour cette invention, conjointement avec Donna Strickland, le prix Nobel de physique en 2018 », lit-on dans sa fiche technique

Professeur émérite à l’école polytechnique en France, le scientifique compte mettre ses travaux sur le laser au profit d’Haïti et beaucoup d’autres pays à partir des applications pratiques.

Dans cette entrevue de 8 minutes 30 secondes, le professeur Gérard Morou explique la différence entre la lumière et le laser.

« La lumière est comme un marathon avec des coureurs différents venus de divers horizons, tandis que le laser est semblable à un défilé militaire avec des soldats bien disposés avançant d’un même pas vers un objectif commun », précise le physicien

Dans ses travaux, le professeur Gérard Morou arrive à créer des impulsions de courte durée de très haute puissance.

« Avec ses impulsions, le prix Nobel de physique 2018 pense pouvoir détruire les tissus cancéreux dans une tumeur maligne en épargnant les tissus sains à travers une focalisation des impulsions émises par le laser », fait savoir le professeur Morou.

Dans un pays en proie à une transition épidémiologique, les maladies non transmissibles comme le cancer risquent d’affecter le système de santé au fil des années. Ces prouesses scientifiques représentent une bouffée d’oxygène pour des pays à faible revenu comme Haïti pour autant que l’accessibilité reste équitable.

C’est pourquoi cette entrevue exclusive du professeur Gérard Morou est d’une importance capitale.

Selon le professeur Gérard Morou, les applications pratiques du laser ne s’arrêtent pas aux tumeurs.

« Ceux qui ont besoin d’une greffe de cornée, ceux qui ont besoin de se faire opérer de la cataracte ou de la macula pourront également bénéficier de mes travaux sur le laser à impulsions ultracourtes », affirme le détenteur du prix Lazare Carnot, et du prix Charles H. Townes 2009 de l’Optical Society of America.

Remerciant le peuple haïtien en créole, le professeur Gérard Morou colauréat du prix Nobel de physique avec la Canadienne Donna Strickland (qui réalisa son doctorat sous sa direction) reste convaincu que la science et l’équité quant à l’accessibilité des connaissances peuvent aider Haïti à suivre la voie du développement durable

Source: Le Nouvelliste