Une Afghane née à bord d’un avion militaire américain a été nommée Reach, d’après le nom de l’appareil. Deux autres bébés sont nés après l’atterrissage de leur mère.Une Afghane née à bord d’un avion militaire américain a été nommée Reach, d’après le nom de l’appareil. Deux autres bébés sont nés après l’atterrissage de leur mère.

Une Afghane née à bord d’un avion militaire américain a été nommée Reach, d’après le nom de l’appareil. Deux autres bébés sont nés après l’atterrissage de leur mère.

Une petite Afghane née à bord d’un avion militaire américain qui évacuait ses parents vers la base de Ramstein, en Allemagne, a été nommée Reach, du nom de code de l’appareil, a révélé mercredi le commandant des forces américaines en Europe, le général Tod Wolters.

En plein vol samedi depuis le Qatar, la femme enceinte a commencé à ressentir des contractions. Juste après l’atterrissage à Ramstein, des militaires américains ont aidé l’Afghane à mettre au monde son bébé dans l’avion avant qu’elle ne soit transportée avec son nouveau-né vers un établissement hospitalier proche.

Chaque avion de l’US Air Force possède son nom de code pour les communications avec les autres appareils ou les tours de contrôle, et le code des avions cargos C-17 est généralement Reach suivi d’un numéro.

Les parents du bébé « l’ont prénommée Reach, parce que c’était le nom de code du C-17 » (Reach 828), a indiqué à la presse le général Wolters. « Comme vous pouvez l’imaginer, « étant moi-même pilote de l’US Air Force, mon rêve est de voir cette petite fille appelée Reach grandir comme citoyenne américaine et piloter des avions de chasse dans notre armée de l’air », a-t-il ajouté.

Le chef des forces américaines en Europe a précisé que sur les 7000 personnes évacuées de Kaboul ayant transité sur des bases américaines en Europe depuis le 20 août, une centaine seulement de personnes avaient dû recevoir des soins médicaux, que ce soit pour des symptômes de Covid-19 ou d’autres raisons médicales.

Sur ces 100 personnes, 25 ont été admises dans un hôpital local et 12 en sont déjà sorties, a précisé le général Wolters.

Deux autres bébés sont nés après l’atterrissage de leur mère sur la base de Ramstein.