Cette décision prise en raison de la « crise humanitaire émergente dans la région » vise les « personnes particulièrement vulnérables », comme les femmes dirigeantes, les défenseurs des droits humains, les minorités religieuses persécutées, les journalistes ainsi que les membres de la communauté LGBTQI.Cette décision prise en raison de la « crise humanitaire émergente dans la région » vise les « personnes particulièrement vulnérables », comme les femmes dirigeantes, les défenseurs des droits humains, les minorités religieuses persécutées, les journalistes ainsi que les membres de la communauté LGBTQI.

Cette décision prise en raison de la « crise humanitaire émergente dans la région » vise les « personnes particulièrement vulnérables », comme les femmes dirigeantes, les défenseurs des droits humains, les minorités religieuses persécutées, les journalistes ainsi que les membres de la communauté LGBTQI.

Le gouvernement canadien s’est dit prêt vendredi à accueillir 20.000 réfugiés afghans dans le cadre d’un nouveau programme d’immigration, en raison de la « crise humanitaire émergente dans la région ».

« La situation en Afghanistan est déchirante et le Canada ne restera pas les bras croisés », a déclaré le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino au moment de l’annonce du programme.

Avec cette décision, le Canada vise les « personnes particulièrement vulnérables », notamment les femmes dirigeantes, les défenseurs des droits humains, les minorités religieuses persécutées, les journalistes ainsi que les membres de la communauté LGBTQI.

Un vol des Forces armées canadiennes a déjà atterri à Toronto vendredi après-midi avec à son bord « un groupe de ressortissants afghans » qui ont aidé le pays par le passé, a annoncé Harjit Sajjan, le ministre de la Défense nationale.

Le gouvernement Trudeau a dit par ailleurs surveiller de « très près » la situation de ses ressortissants en Afghanistan en travaillant avec ses alliés, mais aucune décision n’a pour l’instant été annoncée concernant une possible fermeture de l’ambassade canadienne.

Plus tôt dans la journée, de nombreux pays comme l’Espagne, le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas ont annoncé le retrait de membres du personnel de leurs ambassades respectives.

Sur Twitter, Marc Garneau, le ministre des Affaires étrangères a affirmé que le Canada avait « une dette envers les Afghans » et que le pays va poursuivre ses efforts pour s’assurer qu’ils sont en sécurité.