Pour la maire de Mexico, cette décision est un « acte de justice sociale » et la reconnaissance de 500 ans de « résistance indigène ».Pour la maire de Mexico, cette décision est un « acte de justice sociale » et la reconnaissance de 500 ans de « résistance indigène ».

Pour la maire de Mexico, cette décision est un « acte de justice sociale » et la reconnaissance de 500 ans de « résistance indigène ».

Les autorités mexicaines ont confirmé lundi qu’une statue du navigateur et explorateur italien Christophe Colomb sera remplacée par celle d’une femme indigène, quelques jours avant le 200e anniversaire de l’indépendance du pays vis-à-vis de la domination espagnole.

« La sculpture sera déplacée vers un lieu sûr, digne et adéquat », a indiqué l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) dans un communiqué.

À sa place sera placée une sculpture d’une « femme olmèque » réalisée par l’artiste mexicain Pedro Reyes, a déclaré la maire de Mexico, Claudia Sheinbaum, lors d’un événement public qui a coïncidé dimanche avec la célébration de la Journée internationale des femmes autochtones.

« Ce sont précisément les femmes indigènes qui ont peut-être eu le plus grand poids dans l’histoire du Mexique et qui ont été le moins reconnues », a-t-elle déclaré.

La décision représente également un acte de « justice sociale », a ajouté Claudia Sheinbaum, ainsi que la reconnaissance de 500 ans de « résistance indigène » depuis la conquête.

La statue de Christophe Colomb, à qui l’on attribue la découverte de l’Amérique sous le patronage de la Couronne espagnole, a été placée dans un rond-point de l’avenue centrale Paseo de la Reforma en 1877, tout près des ruines du Templo Mayor, le coeur de la civilisation aztèque.

Les autorités l’ont retiré en octobre 2020 pour qu’elle soit « pris en charge par du personnel spécialisé en matière de conservation et de restauration ». Mais au lieu de le remettre au même endroit, elle sera envoyée dans un autre quartier de la capitale pour éviter « les risques pour cette pièce d’une importante valeur artistique et historique », a déclaré l’INAH.

Le retrait de la statue est intervenu peu après la diffusion d’un appel sur les réseaux sociaux visant à la faire tomber, en « hommage aux millions d’indigènes et de descendants d’Africains massacrés » après la découverte de l’Amérique, selon les organisateurs de la campagne.

La statue de Christophe Colomb, ainsi que le monument de l’Ange de l’Indépendance, ont également été marqués de graffitis de protestation durant des marches féministes.

Le gouvernement du président Andrés Manuel López Obrador affirme que son gouvernement défend les causes indigènes et a demandé au gouvernement espagnol et au Vatican de présenter des excuses historiques pour les abus commis lors de la conquête et de l’évangélisation de leur territoire.