Avec plus de 72% de sa population entièrement vaccinée, le gouvernement danois fait le pari d’un retour au « monde d’avant. »Avec plus de 72% de sa population entièrement vaccinée, le gouvernement danois fait le pari d’un retour au « monde d’avant. »

Avec plus de 72% de sa population entièrement vaccinée, le gouvernement danois fait le pari d’un retour au « monde d’avant. »

Le retour à la vie normale. Évoqué ces derniers jours par Alain Fischer ainsi que par le Premier ministre Jean Castex, le terme est sur le point de devenir une réalité au Danemark. Le pays d’Europe du Nord, qui a été l’un des premiers à mettre en place un pass sanitaire appelé « Coronapass » en mars dernier, est sur le point de lever la plupart des restrictions liées à la crise sanitaire du Covid-19 dont ce dispositif.

Il faut dire que les chiffres sont encourageants dans ce pays de 5,8 millions d’habitants, avec 72% de sa population intégralement vaccinée. En outre, les plus de 85 ans sont 96% à être protégés et le taux d’incidence a été baissé à 102 pour 100.000 habitants, contre 179 en France.

Du fait de ces résultats, les autorités locales ont levé progressivement les restrictions, jusqu’au 10 septembre, date à laquelle les Danois retrouveront effectivement « le monde d’avant. » A l’antenne de BFMTV, Yannick Crozier propriétaire d’un restaurant appelé « La pétanque » à Copenhague, fait état de la situation locale.

« Ça fait un petit moment que les choses vont beaucoup mieux, le mois dernier on n’avait plus besoin de masques et hier plus besoin de contrôler les coronapass. On reste prudents, j’ai des amis malades dernièrement, le virus est là mais je crois qu’il y a plus de 72% de vaccinés, il y a peu de malades en réanimation, c’est une situation assez positive », estime-t-il.

Cependant, le pari pris par les autorités danoises peut s’avérer risqué. Toujours à notre antenne Hélène Rossinot, médecin spécialiste de santé publique, estime que toutes les conditions à une levée quasi-totale des mesures restrictives ne sont peut-être pas réunies.

« Ils ont une vaccination qui est très élevée, certes, mais ils ne sont pas non plus à 90% de la population. On va voir ce que ça donne chez eux, c’est très bien que les personnes très âgées soient vaccinées. Nous on a du mal encore à aller chercher ces derniers pourcentages dans les territoires », conclut-elle.