Facebook veut s’éloigner des polémiques et se tourner vers l’avenir avec son « metaverse », qui doit être « le successeur de l’Internet mobile »

Il va falloir s’y habituer. Si Facebook le réseau social va continuer d’exister, l’entreprise va désormais s’appeler « Meta ». Jeudi, Mark Zuckerberg a dévoilé le nom d’une nouvelle structure englobant Facebook, Instagram, WhatsApp et Oculus. Officiellement, il s’agit de se tourner vers l’avenir et le « metaverse », cet univers mélangeant réalités virtuelle et augmentée, considéré par Zuckerberg comme « le futur de l’Internet mobile ». Et tenter au passage de tourner la page des polémiques, en pleine tempête des « Facebook papers »dévoilés par la lanceuse d’alerte Frances Haugen.

« Notre marque est tellement liée à un seul produit qu’elle ne peut plus représenter tout ce que l’on fait aujourd’hui. A terme, j’espère qu’on sera vu comme une entreprise du metaverse », explique Mark Zuckerberg. Si le nom de l’entreprise change, « notre mission reste la même : rassembler les gens. Nos apps et nos marques ne changent pas ».

Lors de la conférence Facebook Connect, consacrée aux projets de réalité virtuelle/augmentée du groupe, Mark Zuckerberg a tenté d’expliquer au grand public sa vision du metaverse. Internet, a-t-il commencé, est devenu visuel, en passant du texte aux images et à la vidéo, pendant que l’informatique se miniaturisait, des ordinateurs jusqu’aux smartphones. Le metaverse sera, selon lui, la prochaine transformation.

Il se tourne vers le metaverse

Concrètement, le metaverse est un univers connecté et persistant, comme imaginé par la science-fiction, récemment dans le film Ready Player One. Avec des lunettes ou un casque, l’utilisateur est transporté dans un monde qui peut remplacer ou se superposer à son environnement. Au lieu d’être dans son salon, on admire la vue d’un chalet au bord d’un lac. Et tous ses amis peuvent s’y transporter avec leur avatar, pour des réunions virtuelles remplaçant la vision conférence.

Couper le cordon avec Facebook

Jeu vidéo, travail collaboratif, éducation, shopping… Cette immersion et ce sentiment de « présence » vont bouleverser nos interactions à distance, assure Mark Zuckerberg. Il faudra toutefois « plusieurs années » avant que sa vision se concrétise, avec des progrès encore nécessaires côté hardware.

Par : John BOISGUÉNÉ

Twitter: boisgueneit

Source : Internet