Après les attentats du 11-Septembre, des dizaines de milliers de personnes – dont beaucoup d’immigrés, souvent sans papiers – ont nettoyé « Ground Zero », déblayant quelque 1,8 million de tonnes de débris. Ils ignoraient qu’ils allaient être exposés à des substances toxiques et cancérigènes comme le plomb et l’amiante. Vingt ans plus tard, ils souffrent entre autres de maladies respiratoires, stress post-traumatique et dépression. Et bon nombre d’entre eux sont toujours sans-papiers.Après les attentats du 11-Septembre, des dizaines de milliers de personnes – dont beaucoup d’immigrés, souvent sans papiers – ont nettoyé « Ground Zero », déblayant quelque 1,8 million de tonnes de débris. Ils ignoraient qu’ils allaient être exposés à des substances toxiques et cancérigènes comme le plomb et l’amiante. Vingt ans plus tard, ils souffrent entre autres de maladies respiratoires, stress post-traumatique et dépression. Et bon nombre d’entre eux sont toujours sans-papiers.

Après les attentats du 11-Septembre, des dizaines de milliers de personnes – dont beaucoup d’immigrés, souvent sans papiers – ont nettoyé « Ground Zero », déblayant quelque 1,8 million de tonnes de débris. Ils ignoraient qu’ils allaient être exposés à des substances toxiques et cancérigènes comme le plomb et l’amiante. Vingt ans plus tard, ils souffrent entre autres de maladies respiratoires, stress post-traumatique et dépression. Et bon nombre d’entre eux sont toujours sans-papiers.