Port-au-Prince, Le 29 juillet 2022,

Permettez-moi de venir vers vous M. le Directeur, pour vous féliciter de vous être mis disponible à servir votre pays. Tout abord, j’espère que vous allez pardonner ma témérité d’avoir osé vous déranger dans vos tâches multiples.

Je suis un citoyen haïtien comme vous. Je suis, moi également préoccupé par les nombreux problèmes auxquels fait face notre chère Haïti. M. le Directeur, devoir patriotique et citoyen oblige, je vous écris pour attirer votre attention sur des faits que j’estime hautement importants.

Ce n’est guère une bonne pratique que tous les après-midis des citoyens haïtiens exhibent en face de la sortie principale de l’aéroport des plats de nourritures pour chiens (rès manje ak zo pou Chen). Peut-être que vous n’êtes pas informé de cette pratique malsaine de vente, mais je parie que je ne suis pas le seul à avoir la déplorer.
Nous ne pouvons pas accueillir nos concitoyens venant de l’extérieur et d’autres étrangers avec cette image qui, à mon sens, ne fait pas honneur à la dignité et à la réputation de tout un peuple.

De concert avec votre cabinet, j’espère qu’une solution sera trouvée sous peu pour remédier à ce problème.
En outre, M. le Directeur, je sais que vous ne portez pas de chapeau de ministre des travaux publics ni celui de Directeur Général du SNGRS, mais je crois dur comme fer que vous pouvez toujours trouver une synergie avec ces personnalités susmentionnées pour redorer le blason de l’Avenue Maïs Gâtés, porte d’entrée du pays, devenue ces derniers temps un dépotoir à ciel ouvert.
Je ne sais pas si je suis le seul à constater ce drame d’un très mauvais œil, mais cette avenue qui mène à notre aéroport international nécessite une attention particulière. En clair : combattre l’insalubrité qui s’installe dans ce périmètre.

Dans le souci de ne pas trop vous retenir M. le DG, je pense qu’il est impératif, lors d’une éventuelle rencontre avec vos supérieurs hiérarchiques, que vous exigiez à ce que des travaux de réhabilitation soient entrepris sur la route reliant l’aéroport au Carrefour Rita qui se trouve dans un piteux état.
Nous ne sommes pas sans savoir que le pays traverse une période assez délicate, surtout avec la situation sécuritaire qui est délétère, mais je suis persuadé qu’avec la bonne volonté, nous parviendrons à réaliser ensemble des projets importants au profit de la mère patrie.


Espérant que cette correspondance vous parviendra M. le Directeur, je vous prie de recevoir mes salutations les plus patriotiques.

Civilités. –

Me Richarson BIGOT, Av.
Avocat au Barreau d’Aquin
Journaliste
Citoyen engagé
(509)46250503
richardsonwiltesbigot@gmail.com

CC: Au Directeur Général du SNGR/Ministre des Travaux Publics/Directeur General de l’OFNAC