La pandémie de Covid-19 a accentué la pression sur le NHS, système de santé britannique qui connaissait déjà auparavant des retards, ainsi qu’un manque chronique de personnel et de lits d’hôpitaux.La pandémie de Covid-19 a accentué la pression sur le NHS, système de santé britannique qui connaissait déjà auparavant des retards, ainsi qu’un manque chronique de personnel et de lits d’hôpitaux.

La pandémie de Covid-19 a accentué la pression sur le NHS, système de santé britannique qui connaissait déjà auparavant des retards, ainsi qu’un manque chronique de personnel et de lits d’hôpitaux.

Le ministre des Finances britannique Rishi Sunak a annoncé dimanche débloquer 6 milliards de livres supplémentaires (7 milliards d’euros) pour aider le service public de santé britannique (NHS) à résorber les retards accumulés pendant la crise sanitaire, dans le cadre de son nouveau budget.

« Des millions de patients en attente de tests pour un diagnostic ou d’opérations non urgentes bénéficieront d’une injection de 6 milliards de livres sterling pour aider à résorber les retards du NHS en Angleterre », a précisé un communiqué du Trésor.

Sur cette enveloppe, 2,3 milliards de livres (2,7 milliards d’euros) serviront à créer quelques 100 centres de diagnostic « à guichet unique » afin de dépister les maladies potentiellement mortelles, comme le cancer. Un milliard et demi sera, lui, utilisé pour « l’augmentation de la capacité des lits, l’équipement et de nouveaux centres chirurgicaux ».

La pandémie de Covid-19 a accentué la pression sur le NHS, système gratuit auquel les Britanniques vouent un véritable culte, qui connaissait déjà auparavant des retards et un manque chronique de personnel et de lits d’hôpitaux.

En septembre déjà, le gouvernement avait annoncé injecter 5,4 milliards de livres pour aider ce service public à « gérer les pressions immédiates de la pandémie ».

« Nous sommes déterminés à remettre le service de santé sur les rails et à faire en sorte que personne n’ait à attendre pour des examens ou des traitements vitaux », a affirmé dans un communiqué Rishi Sunak, sur qui tous les yeux seront rivés mercredi.

Le ministre des Finances présentera en effet ce jour-là son très attendu budget et ses orientations budgétaires avec pour objectif de redresser les finances publiques après l’envolée de la dette générée par les programmes de soutien économiques pendant la pandémie.

Outre le système de santé, le Chancelier de l’Échiquier est attendu au tournant sur la transition énergétique et le rééquilibrage régional, des priorités du gouvernement, mais il risque aussi d’annoncer des hausses d’impôts pour financer tous ces coûteux investissements.

Tout au long du week-end, son ministère a en effet déjà annoncé plus de 26 milliards de livres d’investissements (23,6 milliards), dont 7 milliards consacrés à la rénovation des trains et bus, et 5 milliards pour des projets innovants liés à la santé.