Depuis le début des années 2010, au Mexique, la multiplication des groupes d’autodéfense civile a provoqué une envolée du nombre d’armes à feu illicites en circulation. Une dynamique d’autant plus difficile à documenter et à réguler que la grande majorité provient des Etats-Unis, estime dans une tribune au « Monde » le sociologue Romain Le Cour Grandmaison.Depuis le début des années 2010, au Mexique, la multiplication des groupes d’autodéfense civile a provoqué une envolée du nombre d’armes à feu illicites en circulation. Une dynamique d’autant plus difficile à documenter et à réguler que la grande majorité provient des Etats-Unis, estime dans une tribune au « Monde » le sociologue Romain Le Cour Grandmaison.