Michel Barry, professeur en chef à l’université américaine de Kaboul, vient d’être rapatrié en Italie. Il raconte « la lenteur » des évacuations de l’université, alors que des centaines d’étudiants sont encore en Afghanistan.Michel Barry, professeur en chef à l’université américaine de Kaboul, vient d’être rapatrié en Italie. Il raconte « la lenteur » des évacuations de l’université, alors que des centaines d’étudiants sont encore en Afghanistan.

Michel Barry, professeur en chef à l’université américaine de Kaboul, vient d’être rapatrié en Italie. Il raconte « la lenteur » des évacuations de l’université, alors que des centaines d’étudiants sont encore en Afghanistan.