Les autorités panaméennes ont inhumé au moins 50 migrants morts dans la jungle du Darien notamment des Haïtiens, rapporte Associated Press. Leurs cadavres ont été mis en terre dans un cimetière isolé de la province panaméenne de Darien.

Les chiffres communiqués par Associated Press font état de 15 migrants dont 12 adultes, des ossements et un fœtus, qui ont trouvé la mort en traversant le tronçon le plus dangereux de leur route vers les États-Unis. Ils ont été enterrés dans une tombe avec une carte contenant très peu de données recueillies par les enquêteurs.

“C’est la moindre des choses que l’on puisse faire, les enterrer dignement”, a déclaré à l’Associated Press le prêtre Nicolás Delgado Diamante, qui est à Darien depuis 25 ans.

Les rapports des autorités médico-légales et d’enquête de Panama révèlent que, jusqu’à date, au moins 50 corps ont été retrouvés à Darien. Le procureur supérieur de Darien, Julio Vergara, informe que parmi les corps retrouvés, les autorités n’ont pas pu déterminer le sexe de 18 d’entre eux en raison de leur état de décomposition avancée, notamment 15 femmes et 11 garçons .

Parmi les personnes décédées, cinq Haïtiens, deux Cubains et un Brésilien ont été identifiés, selon Associated Press.