MMSS : 225 millions d’euros exigés par le Kenya pour le déploiement de ses policiers en Haïti

186

Le déploiement d’une force multinationale en Haïti pour combattre l’insécurité n’est pas encore totalement garanti. Le Kenya exige 25 millions d’euros pour autoriser ses policiers à débarquer en Haïti en début de l’année 2024. C’est ce qu’a indiqué le ministre kenyan de l’intérieur, Kinthure Kindiki, lors d’une séance de la commission parlementaire conjointe du sénat et de l’assemblée nationale. Cette somme exigée est le coût nécessaire pour le déploiement en Haïti, a fait savoir le ministre de l’intérieur.

Le Kenya est très à cheval quant à l’envoi de ses policiers dans le cadre de cette mission multinationale de soutien à la sécurité en Haïti. Le ministre de l’intérieur du Kenya, Kinthure Kindiki, a annoncé que le processus est déjà amorcé, en précisant qu’il s’agit de la formation et la section préalable des officiers devant faire partie de cette mission.

« Le budget global de la mission est déjà fixé à 600 millions de dollars, qui serviront à préparer les forces, à supporter les coûts de transport, les indemnités de communication, les indemnités générales et à couvrir le retour de la force au pays », a indiqué savoir M. Kindiki avant de rappeler que les troupes ne quitteront pas le pays à moins que nos ressources ne soient mises à profit.

« Nous déploierons les officiers une fois que tout l’équipement sera déployé en Haïti… nous avons également déjà dépensé une partie de l’argent en formation mais cela sera remboursé par le Conseil de Sécurité des Nations Unies », a-t-il renchéri.

Dans l’intervalle, la haute cour de justice du Kenya, par une décision, a suspendu jusqu’à ce jeudi 9 novembre 2023 le déploiement de ces policiers dans cette mission multinationale. Tenant compte de la configuration du parlement kenyan et d’autres discours politiques en faveur d’Haïti, le gouvernement reste serein quant à une décision favorable à l’obtention du feu vert.

Richarson Bigot
Richardsonwiltesbigot@gmail.com

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.