Le médecin légiste en charge du médiatique dossier estime que l’identification des restes pourrait prendre plusieurs jours.Le médecin légiste en charge du médiatique dossier estime que l’identification des restes pourrait prendre plusieurs jours.

Le médecin légiste en charge du médiatique dossier estime que l’identification des restes pourrait prendre plusieurs jours.

L’enquête autour de la disparition de la jeune voyageuse Gabby Petito a pris un nouveau tournant. Ce mercredi, la découverte de « restes humains » et d’objets appartenant à son fiancé Brian Laundrie dans une réserve naturelle de Floride, alors que ce dernier est introuvable depuis des semaines, a déchaîné les passions outre-Atlantique.

Si les enquêteurs n’ont, dans un premier temps, pas précisé à qui pouvaient appartenir les restes retrouvés, Steven Bertolino, l’avocat représentant les parents de Brian Laundrie, a estimé auprès de CNN qu’il s’agissait probablement de ceux du jeune homme.

« La probabilité est forte qu’il s’agisse de la dépouille de Brian, mais nous allons attendre que les résultats médico-légaux arrivent et le vérifier », a-t-il dit, dans des propos également relayés par The Independent.

De son côté, le médecin légiste en charge du dossier a estimé que l’identification des restes retrouvés pourrait prendre plusieurs jours.

Activement recherché, Brian Laundrie est considéré comme une « personne d’intérêt » dans les investigations sur la disparition de Gabby Petito, tuée à 22 ans. Le corps de sa petite amie avait été retrouvé près du parc national de Grand Teton, dans le Wyoming.

Documentant sa traversée des grands espaces de l’Ouest américain sur les réseaux sociaux, Gabby Petito avait disparu en août alors qu’elle était en voyage avec son fiancé, suscitant une vive émotion et des questionnements sur le rôle joué par Brian Laundrie, qui était rentré seul à leur domicile de Floride et avait d’abord refusé de répondre aux questions de la police avant de disparaître à son tour.

« Je sais que vous avez beaucoup de questions, mais nous n’avons pas encore toutes les réponses », a martelé Michael McPherson, agent spécial de la police fédérale, dans une courte allocution retransmise en direct par les médias américains. Les experts de la police scientifique resteront sur place « sans doute plusieurs jours », a dit le responsable d’enquête.