L’année 2020 marque le 20ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité. Cette résolution reconnaît l’importance de la participation pleine, égale et essentielle des femmes au règlement des conflits et souligne la nécessité d’une participation accrue des femmes au rétablissement de la paix ainsi qu’à la prise de décisions à tous les niveaux des processus de paix.

En cette occasion, l’ONU, dans une note de presse en date du 30 octobre, invite l’État haïtien à placer les femmes au cœur des actions décisives dans la société.

Vingt ans après l’adoption de ce texte, une évolution positive est constatée en Haïti. Dans le domaine de la sécurité, 10% des membres du corps de la police nationale sont des femmes, fait remarquer l’ONU soulignant qu’au niveau politique, le Nouveau Conseil Électoral Provisoire compte 5 femmes sur un total de 9 membres et la représentation de 34.1% de femmes élues dans les conseils municipaux lors des dernières élections.

De plus, note l’ONU, il existe un pléthore d’exemples de leadership féminin au niveau communautaire dans le pays. De nombreuses femmes consentent des efforts pour prévenir et atténuer les conflits et construire la paix dans leur environnement proche.

Bien que des exemples de progrès soient constatés, le chemin vers la réalisation effective de la participation réelle des femmes à l’accomplissement de la paix et de la sécurité est encore long, reconnaît l’ONU qui rappelle que ces dernières sont encore sous-représentées dans les plus hautes sphères du pouvoir ainsi que dans les postes d’influence politiques.

« Il faut une prise de conscience et des décisions fortes pour que cette situation change et qu’Haïti rejoigne le peloton de tête », exhorte l’ONU.

Cette année, la pandémie de COVID-19 a mis à l’épreuve les gouvernements, les citoyens, les femmes et tous les artisans de paix. Elle a également creusé davantage les inégalités entre les sexes, et a eu un effet néfaste sur certains droits humains. Tenant compte de ce contexte, l’ONU encourage l’État haïtien à faire preuve de leadership et de responsabilité en fournissant un financement adéquat et un cadre juridique propice à la réalisation des priorités de la résolution 1325, notamment quant à la participation des femmes en politique, la représentation des femmes dans les instances de décision au niveau de l’administration, de la justice et de la police, et la lutte contre les violences à l’endroit des femmes et des filles.

Les femmes ne doivent pas seulement être consultées, mais entendues, pas seulement être invitées, mais incluses et pas seulement être engagées, mais assurées de leurs droits et de l’accès à la justice. Le système des Nations Unies en Haïti lance ainsi un vibrant appel à l’ensemble des acteurs nationaux afin qu’ils se mobilisent en faveur d’une accélération de la réalisation des droits des femmes et des filles haïtiennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici