Après environ deux semaines de tension dans la capitale haïtienne, rien n’est encore clair, sinon un calme apparent. Des institutions publiques et privées ne fonctionnent pas, ce mercredi 21 septembre 2022, constate une équipe de journalistes de la RTVC, ayant sillonné plusieurs rues de la capitale.

Des piles d’immondices et des barricades sont constatées sur la voie publique. Les banques, les stations-services et autres institutions ne fonctionnent pas, dans une capitale où la peur hante les esprits.

En effet, les mouvements de revendication ont connu une baisse au niveau de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, contrairement à des villes de province où la mobilisation populaire s’intensifie.

Ce mercredi 21 septembre 2021, une délégation de journalistes de la Radio Télévision Caraibes a parcouru plusieurs endroits de la capitale. Des rues, ruelles et impasses sont encore obstruées par des piles d’immondices au centre-ville de Port-au-Prince. Les institutions publiques et privées sont quasiment dysfonctionnelles.
Hormis certaines banques commerciales, quelques rares pharmacies et centres hospitaliers, toutes les institutions chôment ce mercredi 21 septembre 2021.

La révision à la hausse des prix du carburant, l’insécurité généralisée caractérisée par le kidnapping, la cherté de la vie sont les principales causes de la grogne populaire.

Ce calme apparent est-ce un signe annonciateur de la fin des mouvements populaires ? Une question qui demeure pendante.

Richarson Bigot

Richardsonwiltesbigot@gmail.com