Alors que les Etats-Unis pressent régulièrement les autorités haïtiennes d’organiser les élections législatives en Haïti afin de renouveler le personnel politique, l’Union Européenne, via sa représentante en Haïti, parle d’une voix discordante.

En effet, intervenant sur les ondes d’une station de la capitale, Sylvie Tabesse est allée à contre-courant de l’avis de l’Oncle Sam, affirmant ainsi que le climat sécuritaire qui prévaut en Haïti n’invite pas à l’organisation des joutes électorales.

« Si nous voulons que les élections soient crédibles, honnêtes et démocratiques, il faut la mise en place d’un certain nombre de paramètres… », a conseillé la diplomate.
Pour Mme Tabesse, le dialogue inter-haïtien reste et demeure la panacée pouvant freiner l’insécurité grandissante et permettre la tenue d’élections nécessaires au retour à l’ordre constitutionnel.

Notons que le président de la République, Jovenel Moïse, a installé en septembre dernier, sans prestation de serment par devant la Cour de cassation, le Conseil Électoral Provisoire chargé d’organiser les prochaines élections.

Décrié, le CEP dont la militante des droits humains, Guylande Mésadieu, est la présidente, travaille dans une certaine opacité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici