La pénurie de carburant risque d’affaiblir davantage l’économie haïtienne, déjà exsangue. C’est la triste analyse de l’économiste Enomy Germain. Paupérisation des ménages, insécurité économique et alimentaire, cette rareté chronique peut aussi avoir des conséquences majeures sur l’inflation, la finance publique et la croissance économique, explique le professeur Germain.

Le choc économique que représente la rareté du carburant est un choc de trop dans une économie déjà en situation d’agonie, de l’avis d’Enomy Germain. Pour l’économiste, les produits pétroliers sont, pour le fonctionnement de l’économie, ce que le sang est au corps humain, arguant que cette rareté chronique peut avoir des impacts micro, méso et macro économiques.

Depuis plusieurs semaines, les produits pétroliers ne sont pas disponibles sur le marché. Les bandits de G9 an fanmi e alye empêchent la distribution du carburant à partir du terminal de Varreux entre autres. Des chauffeurs de camions-citerne sont souvent interceptés par ces malfrats, quand ils ne sont pas tués.

Le chef de gang de Wharf Jérémie, Micanord, a exigé 50 millions de gourdes de l’État pour que le carburant quitte le terminal Varreux, où est stocké 70% des produits pétroliers, selon une source proche du gouvernement.

Pour une deuxième semaine consécutive, des syndicats de transport lance un appel à la grève, pour dénoncer le kidnapping et cette rareté. Dans plusieurs villes du pays, les activités sont paralysées, des mouvements de protestation sont observés. Cependant, jusqu’à présent, aucune réaction de la part de autorités.