Comme le président de la République et d’autres acteurs de la classe politique et de la société civile, le Protecteur du Citoyen (OPC) juge opportune l’adoption d’une nouvelle Constitution. Mais pour initier la démarche dans un climat pacifique, Me Renan Hédouville plaide en faveur de la mise en place d’un comité spécial d’experts multidisciplinaires et de personnalités crédibles.

La constitution de 1987 a suscité des controverses qui se sont intenfiées après les débats initiés par l’OPC les 12 et 13 août dernier, a souligné le professeur d’universités.

« Si pour certains secteurs, la recherche d’un minimum de consensus est indispensable en raison de la crise sociopolitique, pour beaucoup d’autres, l’adoption d’une nouvelle constitution adaptée à la réalité politique, économique et sociale d’Haïti doit être adaptée au cœur des priorités du moment avant la tenue des prochaines élections « , lit-on dans une note de l’OPC en date du 28 octobre 2020.

La consolidation des acquis démocratiques, la consécration des droits fondamentaux de la personne et l’intégration effective de la diaspora haïtienne dans les affaires politiques du pays doivent constituer la toile de fond de ce processus, précise Me Hédouville.

« Dans cet esprit, l’Office de la Protection du Citoyen réitère sa recommandation quant à la mise en place d’un comité spécial composé d’experts mtidisciplinaires et de personnalités crédibles afin de pencher sur un éventuel avant-projet d’une nouvelle constitution », a recommandé l’OPC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici