République Dominicaine : la chasse aux Haïtiens sans-papiers s’intensifie

975

C’est une semaine cauchemardesque pour les Haïtiens vivant sans-papiers en République dominicaine. Toutes les villes sont quasiment quadrillées par la police dominicaine qui veut à tout prix procéder à l’arrestation des Haïtiens qui ne sont pas en règle. Des ouvriers pratiquent le marronnage en fuyant leurs chantiers, des parents ne peuvent pas emmener leurs enfants à l’école, seuls les plus braves se hasardent dans les rues. Advienne que pourra ! Une situation ultra stressante pour cette communauté haïtienne fuyant pour la plupart la terreur des gangs en Haïti, pour se réfugier en République voisine.

De nombreux Haïtiens vivant en République dominicaine sont au jour le jour en état d’alerte, face à une éventuelle descente des agents de l’immigration. Même ceux qui sont en règles, sont parfois contraints de trouver un arrangement avec des agents pour ne pas se faire expatrier.

L’autorisation de séjour avec le visa dominicain expire tous les mois. Tout Haïtien détenteur de ce visa doit se rendre mensuellement sur la frontière pour payer 20 US comme frais d’entrée s’il entend rester sur le sol dominicain. Dans le cas contraire, il risque de se faire arrêter, transporter dans un camion pour passer quelques jours dans une prison dans des conditions inhumaines, avant d’être déporté dans son pays natal. Si sa famille peut payer les 10.000 pesos dominicains, il pourra recouvrer sa liberté, mais peut-être arrêté à nouveau le même jour, en cas de malchance.

Le lundi 28 août 2023, plusieurs unités spécialisées de la police dominicaine sillonnaient toutes les villes dans l’optique de mettre la main au collet des sans-papiers.

A Pintura, Punta Cana, Boca Chica, Higuey et Bavaro et Elias Piña et Dajabòn, ils sont nombreux à se faire arrêter par la police dominicaine déterminée à déporter les Haïtiens en situation irrégulière.

Fuyant la terreur des gangs armés et la mauvaise gouvernance de leur pays, ces Haïtiens qui se réfugient en terre voisine sont loin de vivre dans l’El dorado rêvé.

Richarson Bigot
Richardsonwiltesbigot@gmail.com

2 Commentaires

Les commentaires sont fermés.