Dans leurs différents articles, les publications outre-Manche se sont montrés optimistes et ont avancé que la souveraine gardait un « bon moral. »Dans leurs différents articles, les publications outre-Manche se sont montrés optimistes et ont avancé que la souveraine gardait un « bon moral. »

Dans leurs différents articles, les publications outre-Manche se sont montrés optimistes et ont avancé que la souveraine gardait un « bon moral. »

L’annonce a eu l’effet d’un petit tremblement de terre outre-Manche. Jeudi en toute fin de soirée, le palais de Buckingham a annoncé qu’après voir été mise au repos forcé par ses médecins, la reine Elizabeth II avait passé nuit de mercredi à jeudi à l’hôpital pour y subir des examens présentés comme « préliminaires. »

Alors qu’elle doit fêter en 2022 ses 70 ans sur le trône, la souveraine de 95 ans continue d’afficher une bonne forme et ses hospitalisations rendues publiques sont rarissimes. La dernière remonte à 2013, quand elle avait passé 24 heures à l’hôpital pour une gastro-entérite, et la précédente à dix ans plus tôt.

Malgré son âge, le décès de son époux Philip en avril et la pandémie de Covid-19, la souveraine britannique continue inlassablement de participer à des événements publics et « garde un bon moral », souligne encore son entourage.

L’horaire tardif de cette annonce empêchant les médias de faire leurs Unes sur le sujet, l’information est logiquement reprise sur les différents sites des publications britanniques. Sans surprise, ce sont les tabloïds, toujours extrêmement populaires auprès de la population, qui ont dans un premier temps repris l’information.

« Royal Shock », titre ainsi The Sun, tiré de manière quotidienne à plus d’1,2 million d’exemplaires, qui souligne que la monarque était de retour aux affaires dès jeudi après-midi. Très vite, cette dernière a en effet tenu à rattraper son « retard » et a consulté les fameuses boîtes rouges qui sont utilisées par l’administration de la nation pour transporter les documents officiels.

La Une du Sun, le 22 octobre 2021 © The Sun

De son côté, le Daily Mail souligne que cette hospitalisation ne serait pas liée à la pandémie de Covid-19, précisant qu’il n’avait pour l’heure pas été communiqué si la reine avait reçu son rappel vaccinal. « Mais étant donné son âge, il est probable qu’elle l’ait eu », est-il avancé dans ce média célèbre pour ses titres à rallonge.

Le Daily Mail de ce vendredi 21 octobre 2021 © Daily Mail

Loin derrière sa une consacrée à la blessure mortelle infligée par l’acteur Alec Baldwin sur le tournage d’un film, le Daily Star se borne quant à lui à livrer une version toute factuelle des faits, précisant que la reine prévoit malgré cette alerte de participer à la Cop26 qui se tiendra à la fin du mois en Écosse.

Dans la presse plus généraliste, la nouvelle a également été largement relayée. Ainsi, The Times rappelle une nouvelle fois que la reine est « in good spirit », comprendre « dans de bonnes dispositions » après son hospitalisation.

The Times est resté très factuel dans sa couverture © The Times

De son côté, The Independant a rappelé l’emploi du temps chargé de la souveraine malgré son état de santé déclinant, elle qui a été vue aidée d’une canne pour se déplacer.

Dernièrement, elle a tenu deux réunions virtuelles avec les ambassadeurs du Belize et de la Grèce, a rencontré les troupes canadiennes, a eu un appel avec Boris Johnson, précise le quotidien.

L’article de The Independant consacré au sujet © The Independant

La souveraine détient le record de longévité sur le trône britannique, auquel elle a accédé il y a près de 70 ans, en 1952. Outre ses rares précédentes hospitalisations, on ne lui connaît pas de problèmes de santé mais elle avait dû manquer une visite en janvier 2020 en raison d’un léger rhume. On la voyait encore monter à poney il y a quelques mois.

Mardi, le magazine britannique The Oldie avait indiqué que la reine avait refusé le prix qu’il remet chaque année à une personne âgée: « Sa Majesté pense qu’on a l’âge que l’on ressent et par conséquent ne pense pas remplir les critères pour accepter », avaient indiqué ses services dans la lettre de refus.